Portrait d'un jeune garçon Kabye, nord du Togo

Approfondissements

À écouter

jeune kabyé jouant sur un lithophone

Associations, ONG œuvrant au Togo

Chambre d’une habitation traditionnelle en Pays Tamberma, nord du Togo

Les nouvelles églises au Togo

Marchands de miracles


Un documentaire de Gilles Remiche sur les églises néo-évangélistes en RDC. La situation décrite est très similaire à celle du Togo depuis la fin des années 90.

“Afrique 50” de René Vautier

This text will be replaced

Un MUST du “petit Breton à la caméra rouge”. Certains commentaires et images restent actuels malgré la soixantaine d'années qui nous sépare du tournage. {16 min 30 s | 50 Mo}

Population togolaise

Introduction

Notre but n’est pas d’établir un inventaire complet de données sur la population du Togo, mais de vous dresser un tableau qui vous permettra de mieux appréhender le pays.

Population totale

La population totale (nationaux et étrangers résidents) au Togo, estimée par les Nations Unies, serait de 6 585 000 habitants pour l’année 2007. Il n’y a pas de chiffres officiels émanant des autorités togolaises, faute de recensement récent. Le taux de croissance de la population serait de 2,7 % en 2008.

Graphique de l’évolution de la population du Togo entre 1962 et 2007
Graphe Établi À partir des donnÉes de la FAO. Les donnÉes sont tÉlÉchargeables.

RÉpartition

Géographique

La densité serait donc de 116 habitants par km². Lomé, la capitale et la plus grande ville du pays compterait 1 337 000 habitants en 2007 toujours selon cette source, soit 20 % – 1 habitant sur 5 – de la population totale. Comme dans de nombreux pays de la sous-région, le taux d’urbanisation augmente. Il est estimé à 41 % par la Banque Mondiale. Cette évolution ne semble pas s’inverser car les projections donnent pour Lomé une population de 1 639 000 en 2010 et 1 969 000 pour 2015.

Lomé comprend donc environ la moitié des togolais urbains. Le reste des urbains se partage dans les autres grandes villes : Sokodé, Kara, Kpalimé, Atakpamé, Bassar, Tsévié, Aného, Mango, Dapaong...

Plus de la moitié (59 % c’est à dire 3 885 150 habitants en 2007) des habitants vivent dans des zones rurales. Ces ruraux ont un accès aux soins plus difficile étant plus éloignés des structures médicales et en général ont un pouvoir d’achat plus faible que celui des urbains.

Selon l’âge

Répartition de la population togolaise selon l’âge en 2004
Il n’est pas nécessaire de séjourner longtemps au Togo pour se rendre compte que la population togolaise est jeune. Ceci est particulièrement marquant quand on arrive de nos pays européens aux populations vieillissantes dans lesquelles les seniors représentent une part assez importante. Selon la Banque Mondiale, en 2004 les moins de 15 ans représentent 44 % de la population totale, les 15 – 64 ans, 53 % et finalement les plus de 64 ans seulement 3 %.

Origines & langues

Le Togo compte une quarantaine d’ethnies issues de l’histoire du peuplement du pays, chacune ayant sa propre langue. C’est beaucoup pour un petit pays ! En général les Togolais sont très attachés à leur ethnie et à leur langue.

Localisations des ethnies et des langues du Togo

Téléchargement de la carte des ethnies de J.C. Barbier (Orstom)

La langue administrative est le français, et sa maîtrise par les Togolais dépend de leur niveau scolaire, mais le mina est largement parlé au Sud. Cela a de l’importance dans la sensibilisation de la population au problème de la drépanocytose et lors des campagnes de dépistage. Il semble en effet que dans la Région Maritime, les interventions en mina dans les médias par les membres de l’ATLD et les médecins, ont touché une part de la population qui n’est pas toujours la mieux informée sur les possibilités de prise en charge ou les conduites à tenir au quotidien et en cas de crise.

Développement humain

Selon l’ONU, en 2008 le Togo se classe au 152ème rang (sur 177 pays) pour le développement humain, frôlant ainsi avec le groupe des pays à développement humain faible. Quelques chiffres pour le Togo extraits du rapport annuel 2008 du programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) avec, à titre de comparaison ceux pour la France :

Rang Pays IDH* Espérance de vie à la naissance (2005) Taux de scolarisation PIB par habitant (PPA $)
10 France 0,952 80,2 96,5 30 386
152 Togo 0,512 57,8 55,0 1 506

Le niveau de vie est très bas. Le salaire minimum n’avait pas été augmenté depuis les années 90, malgré la dévaluation et l’augmentation du coût de la vie (logement, denrées alimentaires, transport…). Il l’a été en août 2008 et est passé de 13 000 F CFA à environ 28 000 F CFA, encore faudrait-il que cela soit respecté.

la richesse du togo : sa population

Des milliers de kilomètres parcourus sur les pistes et mauvaises routes du Togo en voiture et à moto depuis 1995, la première image qui me vient est celle d’une très grande gentillesse de l’ensemble de la population. “Yovo Yovo, bonsoir, ça va bien ? Merci !” est un refrain entendu mille fois de la bouche des enfants, et sur tout le territoire.

Pendant les années 90, les touristes disparaissaient du pays (insécurité, mauvaise image de l’Afrique en général), malgré la baisse du coût du transport aérien, alors que le Togo était depuis les années 70, un point de chute de choix pour ceux qui traversaient le Sahara au volant de voitures et camions et qui, avec l’argent de la vente de leur véhicule, faisaient vivre l’artisanat, la restauration et l’hôtellerie entre autres. Les événements en Algérie, les rébellions touaregs au Mali et au Niger et la concurrence du transport par bateau de ces véhicules ont pratiquement mis fin à ces échanges pour lesquels les contacts humains faisaient partie du voyage. La qualité des nombreux campements étatiques et des structures d'hébergement privés n’allait donc pas en s’améliorant, faute de clients et de salaires non payés. Il faut également signaler que la baisse du cours des phosphates, principale richesse du pays combinée aux pressions des bailleurs de fonds et à la mauvaise gestion des dirigeants ont limité les moyens d’intervention de l’État togolais.

Il est assez facile de communiquer quelque soit l’endroit où l’on se trouve. Il y a toujours quelqu’un qui parle le français pour présenter son activité, le village… Les marchés hebdomadaires sont riches des produits locaux et transforment les villes et villages qui alors s’animent.

La population togolaise a compris qu’il ne fallait pas attendre des miracles de l’État qui, depuis la fin des années 80, au lieu de penser à l’intérêt général s’est tourné vers les intérêts de quelques uns. Les choses semblent changer un peu ces derniers temps, tout du moins dans les discours, espérons…

La débrouillardise est omniprésente, donnant naissance à des projets parfois très intéressants que l’on peut découvrir au hasard des rencontres. En effet, je pense que la plus grande richesse du Togo est sa population ; et le meilleur moyen de la découvrir, est bien entendu d’aller à sa rencontre.

bas_page