Portrait de Matthew, jeune ghanéen

Prise en charge de la drépanocytose

Thèses sur les faux médicaments en Afrique

Prise en charge de la drépanocytose

Pourquoi soutenir les deux CHU de LomÉ ?

La drépanocytose est une maladie qui a un impact financier important sur le budget familial, d’autant plus que dans certaines familles, plusieurs membres sont touchés. L’absence d’implication de l’État togolais dans la prise en charge, le coût des médicaments et des réactifs nécessaires aux analyses, le faible pouvoir d’achat aggravé par la dévaluation du franc CFA en 1994 et la crise socio-économique des années 90, ont rendu les Togolais encore plus vulnérables.

Face à ce constat, Le Sourire de Sélassé dès sa création en 2003, a cherché à limiter le poids que constitue l’achat des médicaments pour les familles de drépanocytaires. Ce n’est pas un objectif simple à atteindre car la drépanocytose est une maladie fréquente au Togo et qui nécessite souvent une prise quotidienne minimale de médicaments, et plus importante en cas de problème ou de complication.

Notre association étant une petite structure constituée de cinq bénévoles, nous savions que nous ne pouvions nous substituer à une Sécurité Sociale qui n’existe pas au Togo. Nous avons donc fait le choix de soutenir les deux CHU de Lomé qui prennent en charge les drépanocytaires :

  • Le service d’hématologie du Professeur A. Y. Segbena au CHU Campus ;
  • le service de pédiatrie du Professeur Gbadoe du CHU Tokoin.

Ce choix est essentiellement du à mon expérience avec Sélassé entre 1995 et 2000. En effet, lorsque la drépanocytose de Sélassé fut avérée, avec Grace, sa maman, nous avons cherché les médecins qui lui permettraient d’avoir le plus de chance de vivre le mieux possible. Contrairement à nos pays où l’information abonde, au Togo les gens sont livrés à eux-mêmes et trouver les médecins les plus adaptés n’est pas toujours simple. On tombe facilement sur des interlocuteurs qui vont d’abord penser à leur intérêt avant celui du malade…

Notre rencontre avec le Professeur Segbena fut un réel soulagement. Nous avions trouvé un hématologue, spécialiste de la drépanocytose et qui proposait dans son service un suivi pour les drépanocytaires. On entendait pour la première fois parler de prévention, d’analyses de sang régulièrement faites dans le temps, de prise quotidienne de médicaments, d’examens plus approfondis...

Le corollaire étant que tout cela a un coût non négligeable. Même si le service social du CHU Campus intervient dans les coûts des consultations et examens des drépanocytaires, celui des médicaments reste à leur charge ou à celle de leur famille pour les enfants.

Les mÉdicaments expÉdiÉs

Le Sourire de Sélassé a donc décidé d’essayer de limiter le coût des produits pharmaceutiques pour les drépanocytaires. Pour cela, nous avons pris contact avec le Professeur Segbena et avons monté une collaboration entre notre association et son service d’hématologie. Il nous a dressé une liste de produits pharmaceutiques fréquemment prescrits lors des visites-contrôles des drépanocytaires suivis dans son service et lorsqu’ils doivent être hospitalisés. Notre association a donc cherché des moyens pour obtenir à moindre coût ces produits afin qu’ils soient donnés aux drépanocytaires suivis au CHU Campus.
Les expéditions ont commencé en 2003 grâce à Aviation Sans Frontières.
Dès le départ, il nous a paru important que ces envois soient les plus réguliers possibles afin que les drépanocytaires soient encouragés à suivre le programme mis en place à leur égard par le service d’hématologie du CHU Campus et qu’ainsi l’effort financier qui leur ait demandé pour la numération sanguine (analyse NFS) et la consultation lors de leur visite-contrôle, se verrait récompensé par un accès facilité aux médicaments prescrits, grâce à nos envois.

Pour les drépanocytaires les moins fortunés, nos dons de médicaments :

  • leur permettent de se soigner à moindre frais ;
  • leur évite d’acheter des médicaments douteux que l’on trouve très facilement dans la rue (faux médicaments, produits aux compositions fantaisistes ou mal conservés voire périmés...), faute de pouvoir en acheter en pharmacie ;
  • apporte aux médecins une certaine garantie de la prise du traitement par le drépanocytaire.

Entre 2003 et 2007, nous avons bénéficié des services de Pharmacie Humanitaire Internationale (PHI) ex-Pharmaciens Sans Frontières, qui nous a fourni pratiquement tous les médicaments expédiés à Lomé. Avec la cessation en France de la collecte des médicaments non utilisés (MNU) en 2008, il nous a fallu trouver une autre solution pour ne pas rompre cette coopération et nous nous sommes tournés vers l’achat de médicaments génériques en grands conditionnements, achetés notamment auprès de la Centrale Humanitaire Médico-Pharmaceutique (CHMP) sur la base d’une estimation en besoins trimestriels fournie par le Professeur Segbena.

Leur distribution

Vouloir envoyer des médicaments afin qu’ils soient donnés aux malades est une chose, pouvoir les distribuer en est une autre. Heureusement, le Professeur Segbena s’est impliqué dans notre projet et a tout fait pour que cela soit possible. Il a été mis sur pied un système qui sépare la distribution des médicaments, de l’hôpital où les drépanocytaires se rendent pour le contrôle.

Les étagères de la Petite Pharmacie garnies par nos envois de médicaments
Les étagères de la Petite Pharmacie

Lors de leur consultation, les drépanocytaires suivis par le service d’hématologie du CHU Campus se voient remettre une ordonnance spécifique grâce à laquelle ils ont accès à la Petite Pharmacie, local situé au centre-ville, près de Fréau-Jardin à Lomé. Ce local est ouvert deux après-midi par semaine (mercredi et vendredi) grâce à la bonne volonté de médecins bénévoles qui travaillent dans les deux CHU de Lomé.

Les drépanocytaires, ou un membre de leur famille, viennent avec leur ordonnance spécifique et se voient remettre les produits disponibles provenant de nos envois contre une modeste contribution financière. Celle-ci sert à payer le loyer du local, les factures d’électricité et les frais de déplacement des médecins bénévoles et ceux de Sœur Elisabeth de la Pouponnière Sainte Claire qui récupère les colis auprès des membres d’Aviation Sans Frontières.

Les médecins bénévoles tiennent un registre mentionnant date, nom du bénéficiaire, type et quantité de médicaments délivrés et qui est signé par les personnes recevant ces produits, ce qui permet la traçabilité des médicaments que nous envoyons.

Localisation des deux CHU de LomÉ et de la place FrÉau-Jardin prÈs de laquelle se situe la “petite pharmacie”


Agrandir le plan dans une nouvelle fenêtre

les envois de mÉdicaments

Nos envois sont basés sur l’estimation des besoins trimestriels en médicaments pour les drépanocytaires pris en charge au CHU Campus de Lomé.
RÉSUMÉ DES ENVOIS DE MÉDICAMENTS PAR L’ASSOCIATION LE SOURIRE DE SÉLASSÉ
Année Nombre de cartons ASF contenant des MNU Nombre de comprimés/doses en grands conditionnements
2003 35
2004 60
2005 50
2006 54 + un fauteuil roulant
2007 43 26410
2008   44720
2009   64018 (+ 70912 en commande au 08.10.2009)

Depuis fin 2007 et l’interdiction en France des Médicaments Non Utilisés (MNU), nous achetons des médicaments génériques en grands conditionnements.

En 2010 et 2011, grâce à deux dons de l'ambassade de France au Togo qui comprenaient un volet achat de médicaments génériques pour la petite pharmacie, nous n'avons pas eu à financer l'achat de produits pharmaceutiques.

bas_page